FAITS & DONNÉES

La région trinationale du Rhin supérieur raccordée au réseau TGV

Projet : Raccordement ferroviaire de Mulhouse, estacades et pont à portique

Maître d'ouvrage : SNCF, Paris

Entreprise de construction : Maïa Sonnier S.A., Lyon

Systèmes MEVA : Coffrage de voiles Mammut 350, coffrage manuportable EcoAs, plate-forme de travail pliable KAB 190, ferme de butonnage STB 450, tour d'étaiement MEP et MEP-HD, poutrelles H20

Suivi de chantier : MEVA Système de Coffrages SNC

 
 
1
2
3
4
5
6
 

Projet

À 360 km/h vers Paris et Lyon

La SNCF poursuit le développement transfrontalier de son réseau à grande vitesse. À partir de décembre 2011, 3 heures suffiront à relier Bâle à Paris ou Lyon, l‘Alsace à la méditerranée ; en
2012, la ligne s‘étendra jusqu‘à Fribourg en Brisgau (Allemagne). Le premier tronçon du tracé Rhin- Rhône de Mulhouse à Dijon sera mis en service en 2011. La nouvelle ligne débouchera sur la LGV Paris- Lyon-Méditerranée.

À Mulhouse une ligne de raccordement a été créée pour réaliser des gains de temps de parcours. Cette voie ferroviaire, composée d‘une tranchée couverte et d‘un pont ferroviaire, traverse une zone industrielle, un quartier résidentiel, la rue Pierre de Coubertin, et passe au-dessus du canal Rhin-Rhône. Le pont ferroviaire se compose d‘une voie d‘accès longue vers le portique, du portique de franchissement du canal Rhin-Rhône et d‘une voie d‘accès courte située entre le pont et le tunnel. Pour ce chantier, l‘entreprise de construction mandatée Maïa Sonnier S.A. a fait appel à la gamme de produits et de services proposée par MEVA.

Un tunnel à ciel ouvert
Le tunnel à ciel ouvert de 122 m de long et une largeur intérieure de 5,50 m fut construit en premier. Les voiles d‘une épaisseur de 50 cm ont été bétonnées avec le coffrage Mammut 350. Admettant des pressions de béton frais de 100 kN/ m², ce coffrage assure une rapidité de bétonnage aux voiles de 4 m de haut ; la vitesse de montée du béton dans le coffrage n'étant pas limitée. Des gains de temps substantiels ont ainsi pu être réalisés pour les voiles de 6,50 m de haut. Le bétonnage a été effectué par plot de 10 m. Des trains de banches de 10,50 m de long ont servi à coffrer simultanément les faces intérieures et extérieures des deux piédroits du tunnel.

Tunnel : le déplacement par treuil permet de gagner 15 jours
Les coffrages extérieurs étaient équipés de plates-formes de travail sur deux niveaux disposant chacune de platelages en madrier, de trappes d‘accès et d‘échelles. Les coffrages furent déplacés à l‘aide de grues. Les coffrages intérieurs ont été réalisés avec des trains de banches mobiles, des fermes de butonnage STB 450 et des traverses de translation.

Tunnel : virage, montée, courbures des entrées
La tranchée couverte se trouve dans un léger virage. Les piédroits de la tranchée couverte ont donc été construits de façon polygonale : à la fin de chaque plot, le coffrage fut déplacé de 2 degrés. Pour réaliser la montée de 7,5 ‰, il a aussi fallu respecter les prescriptions relatives aux joints en béton verticaux exigées par l‘architecte et donc positionner les trains de banches à l‘horizontale. Des cales en bois ont été positionnées sous les coffrages pour rattraper le décalage. Quant aux entrées du tunnel, elles ont su adopter les courbes aérodynamiques des locomotives TGV. Après achèvement du coffrage extérieur, les coffrages Mammut 350 utilisés préalablement sur le chantier ont servi à réaliser les deux extrémités de la tranchée couverte longues de 10,5 m. La société vosgienne Hans Coffrage a réalisé les coffrages spéciaux en bois pour coffrer les formes arrondies des extrémités du tunnel.

Tunnel : dalle supérieure coffrée à l'aide de tables coffrantes et de tours d‘étaiement mobiles
Pour coffrer la dalle supérieure du tunnel (50 cm d'épaisseur), le chantier a fait appel à des tables coffrantes composées de poutrelles H20 et à des tours d‘étaiement MEP.  Avec quatre tables coffrantes, il a été possible
de coffrer 60 m² par plot. Chaque table coffrante était étayée par trois tours d‘étaiement renforcées par des tubes d‘échafaudage. Deux traverses de translation et un treuil suffirent pour déplacer ces unités coffrantes d'un seul tenant. Cette méthode a aussi permis de réaliser des gains de temps importants.

Tunnel : EcoAs et la plate-forme de travail KAB pour les rives de dalle
Les rives de dalle de la tranchée couverte ont été réalisées avec le coffrage manuportable EcoAs. La plate-forme de travail en encorbellement KAB 190 a servi au coffrage des rives de dalle.

Pont : fondations et piles des estacades
Pour les intégrer harmonieusement à l‘environnement, les rampes ont été réalisées en une longue estacade sur piles. Le coffrage Mammut 350 a servi à bétonner les fondations des piles. Les piles se composent d‘une partie centrale rectangulaire et de deux coques préfabriquées situées en haut à droite et à gauche de la partie centrale. Les éléments centraux des piles ont été érigés avec des coffrages bois : les piles étant situées dans une pente, il a simplement fallu raccourcir les coffrages bois pour coffrer les différentes hauteurs de piles. La forme des piles a été créée en positionnant des baguettes en bois à l‘intérieur des coffrages.

Pont : culées différentes pour chaque estacade
Quatre culées, y compris leurs fondations, ont été érigées en tout, deux culées par rampe d‘accès. Les fondations de 6x 6 m et de 5 x 5 m, les murs en retour de culées pouvant atteindre jusqu‘à 3,20 m de haut ont été coffrés avec les coffrages Mammut 350. Les deux culées, servant à relier les deux estacades et le portique de franchissement du canal, furent techniquement plus difficiles à réaliser. Elles ont 1,30 m d‘épaisseur et
sont dotées d‘une cassure et d‘un décrochement sur le côté extérieur. La hauteur des culées peut atteindre jusqu‘à 4,35 m de haut. Le coffrage des culées a été réalisé avec le coffrage Mammut 350. Comme le coffrage devait être utilisé pour la construction des deux culées, la conception du coffrage devint à lui seul un véritable challenge. Mais finalement, seuls les angles intérieurs articulés et les éléments bois du coffrage ont dû subir quelques modifications pour parvenir à coffrer les deux culées différentes.

Pont : portique de franchissement du canal
Pour réaliser le portique du canal, large de 20 m, il a fallu recourir à des techniques de coffrage innovantes. La voie ferroviaire légèrement courbe enjambe le canal en biais. Afin de ne pas interrompre le trafic fluvial, aucune pile ne devait se situer dans le lit du canal. Le tablier du portique épousa donc la forme d‘un parallélogramme et fut posé en biais par- dessus le canal. Il repose sur deux rangées de piles situées à droite et à gauche du canal. Elles mesurent 1,60 x 1,30 m ou 1,30 x 1,30 m, la distance moyenne entre les piles est de 3 m. Les piles et leurs fondations ont été réalisées avec des coffrages Mammut 350.

Pont : descente de charge de 25 tonnes par mètre linéaire
Un chevêtre, large de 2,10 m et haut de 1,50 m, a été posé sur chaque rangée de piles. Les chevêtres ont été fabriqués avec des coffrages Mammut 350 ; ils supportent les lourds éléments préfabriqués du tablier, fabriqués directement sur le chantier par la société Maïa Sonnier, et ont été mis en place à l‘aide de grues. Pour soutenir les éléments préfabriqués, trois étais MEP-HD ont été positionnés par mètre linéaire sur les palplanches de chaque côté du canal, la descente de charge de 25 t par mètre linéaire étant ainsi assurée. Des profils HEB en tête et en pied des étais ont permis une répartition régulière et uniforme sur le rideau de palplanches.

L‘étude technique du projet, y compris l‘analyse statique, a été effectuée par MEVA en étroite collaboration avec le chef de chantier de l‘entreprise Maïa Sonnier. Grâce à un partenariat d'égal à d'égal, les travaux ont pu être exécutés efficacement et le chantier livré dans les temps.

Projet consécutif : le parking
Avec la mise en service de la nouvelle voie, l‘on s‘attend à une forte augmentation du nombre des voyageurs. Pour palier à cela, un parking de 450 places va être construit d‘ici décembre. Pour ce nouveau chantier, MEVA fournit le coffrage de dalles, soit environ 2500 m² de coffrages MevaDec.