FAITS & DONNÉES

Reconstruction de la Hörnlihütte & restauration du refuge du Belvédère à 3260 m d'altitude

Projet : Reconstruction de la Hörnlihütte & rénovation du refuge du Belvédère (reste ouvert au public pendant les travaux) à 3260 m d'altitude

Entreprise de construction : Sulag Hoch- & Tiefbau AG, Zermatt, Suisse

Maître d'ouvrage : Commune bourgeoise de Zermatt en partenariat avec la fondation « Hörnlihütte 2015 »

Systèmes MEVA : Coffrage de voiles AluStar, complété si nécessaire par des panneaux StarTec

Suivi de chantier : MEVA Schalungs-Systeme

 
 
1
2
3
4
5
6
 

Projet

AluStar à 3260 m d'altitude : la légendaire Hörnlihütte du Cervin fait peau neuve

Un bétonnage aussi précis qu’une montre suisse malgré des contraintes extrêmes

Avec ses quelque 4478 m d'altitude, le Cervin n’est pas le plus haut sommet de la Suisse, mais il est sûrement le plus emblématique et le plus photographié au monde. Grâce à sa forme originale, il est devenu le symbole de la Suisse ; son versant est, la dernière étape avant d’atteindre le sommet, est un véritable défi pour les alpinistes du monde entier. Le sommet a été ascensionné pour la première fois en 1865 ; la Hörnlihütte, le refuge pour alpinistes situé au pied du versant est, a été construite en 1880.

Pour le 150e anniversaire de la toute première ascension du Cervin, la Hörnlihütte va être reconstruite ; et le refuge du Belvédère situé juste à côté va être entièrement rénové afin de répondre aux nouvelles normes énergétiques et environnementales. Le terrain étant escarpé et le refuge restant dans un premier temps ouvert au public, le chantier n’est pas toujours facile à mener.

Ravitaillement par les airs 
Le calendrier des travaux extérieurs est extrêmement serré, les travaux ne pouvant se faire que pendant les mois d’été, autrement dit de juillet à Septembre. Il faut préciser que le ravitaillement du chantier et l’évacuation des déchets ne peuvent se faire que par les airs : de la vallée, les refuges ne sont accessibles que par un sentier escarpé. Les travailleurs sont ainsi, comme l’ensemble du matériel et des coffrages, héliportés sur le site.

AluStar, sept héliportages suffirent
Les contraintes et la situation du chantier ne permettant pas de faire intervenir une grue, le choix du coffrage de voiles pour la réalisation des murs du nouveau refuge revêtit ici une importance toute particulière : le matériel se devait non seulement d’être performant, il devait aussi et surtout être ultraléger. C’est ainsi que l’entreprise de construction – la société Sulag de Zermatt – se tourna tout naturellement vers le coffrage AluStar de MEVA. Grâce à leur faible poids, les 95 m² de coffrage, accessoires y compris, ont ainsi été transportés sur le chantier en seulement 7 héliportages.

Bétonnage par hélicoptère
Fondations, dalle de plancher et murs du sous-sol étaient à bétonner. Le volume de béton emporté par hélicoptère étant restreint à un quart de mètre cube, une navette de deux hélicoptères a été mise en place pour acheminer le béton sur le chantier. Un aller-retour, chargement du béton compris, durait environ cinq minutes. Les voiles ont ainsi été bétonnés en cinq rotations. Une rotation nécessitait environ cinq heures de travail et environ 17 m³ de béton. Pour le rez-de-chaussée, seul le mur arrière adossé à la montagne va être bétonné. Le flanc rocheux situé derrière ce mur sera consolidé avant les opérations de bétonnage.

Une étude préalable minutieuse
Compte tenu de l’altitude et des contraintes techniques qui en découlent – exiguïté du chantier, refuge ouvert au public pendant une partie des travaux, approvisionnement par voie aérienne, timing serré imposé par les festivités du jubilé – ce chantier de haute montagne, pour être mené à bien, doit faire l’objet d’une planification minutieuse. Il en est de même pour l’étude préliminaire, pour le choix du coffrage et pour l’organisation du travail quotidien de l’équipe de chantier. Lors d’un récent entretien, Louis Lochmatter, chef de chantier en formation au sein de l’entreprise de construction Sulag, nous a confirmé qu’en optant pour AluStar son entreprise avait fait le bon choix, que le coffrage était idéal pour ce type de chantier et que tout s'est déroulé selon les prévisions.

« Nous sommes très satisfaits »
C’est ainsi que le chef de chantier résume le travail qui vient d’être accompli avec les coffrages MEVA sur le chantier de la Hörnlihütte. « Le plan de calepinage détaillé de MEVA nous a fascinés. Tout était exact au millimètre près, nous n’avons rien eu à modifier. Grâce à la peau en polypropylène alkus, le parement en béton a la qualité d’un béton apparent, même si cela ne faisait pas partie des prescriptions. L’utilisation du coffrage manuportable AluStar nous a vraiment facilité le travail, le chantier étant vraiment escarpé et très difficile. À cinq, nous avons pu réaliser l'ensemble des travaux.