FAITS & DONNÉES

Un appel d'offres complexe : Gare de marchandises de la ville de Tübingen

Projet : Mur de soutènement de la gare de marchandises de Tübingen (Bade-Wurtemberg). Épaisseur du mur : de 84 à 25 cm. Hauteur : de 2,79 m à 7,45 m. Prescription parement : béton apparent aspect « planches ».

Maître d'ouvrage : aurelis Real Estate GmbH, filiale de la DB Immobilien AG, Eschborn (Hesse)

Entreprise de construction : Reiner Schädler GmbH Bauunternehmen, Lichtenstein

Systèmes MEVA : Coffrage de voiles Mammut 350 avec 100 kN/m² de résistance à la pression du béton frais, Peau en polypropylène alkus, Peau alkus doublée de planches

Suivi de chantier : MEVA Schalungs-Systeme, Haiterbach, Allemagne

 
 
1
2
3
4
5
 

Projet

Jusqu'aux limites du réalisable

Gare de marchandises de la ville de Tübingen : soutènement jusqu'à 7,45 m de haut, inclinaison 1:10 avec rétrécissement de 84 à 25 cm

Le terrain environnant la gare de marchandises de la ville universitaire de Tübingen va être viabilisé puis aménagé selon des critères sociaux, énergétiques et écologiques d'aujourd'hui pour devenir un quartier à la fois résidentiel et commercial. Le mur de soutènement longeant la voie ferrée a été réalisé dans le cadre de ces travaux de réaménagement.

Un appel d'offres complexe : un mur de 115 m de long avec des hauteurs variables (de 2,79 m à 7,45 m), une base de 84 cm d'épaisseur qui se rétrécit vers le haut jusqu'à 25 cm, et une inclinaison d'un côté de 1 : 10. À cela vient s'ajouter que le béton est lisse sur le côté droit du mur et structuré « planches de bois » sur le côté incliné.

« Nous avons bien vite compris que l'on n'y arriverait pas avec un coffrage et un calepinage standard », explique M. Schädler, le directeur de l'entreprise de construction Bauunternehmung Schädler. « Il nous fallait ici un partenaire à la hauteur de la technicité du chantier, une entreprise qui soit capable à la fois de fournir le bon coffrage et de trouver la bonne solution. Le bureau d'études MEVA nous apporta cette solution. De la 1re à la 13e rotation, nous n'avons rencontré aucun problème, bien que nous ayons exploité la résistance du coffrage jusqu'aux limites de ce qui est techniquement possible. »

Résistance de 100 kN/m² du coffrage Mammut 350 pleinement exploitée
Les tronçons de voiles de dimensions variables ont été coulés avec seulement deux hauteurs de panneaux différentes issues de la gamme du coffrage industriel Mammut 350 – ce qui facilita le calepinage du coffrage, et donc la logistique du chantier. La hauteur des voiles exigeait que des mesures de prévention soient prises lors du coulage. Pour garder un oeil sur la pression développée par le béton dans le coffrage, l'on posa des boîtes dynamométriques pour, le cas échéant, adapter la vitesse de coulage. Cela a permis d'utiliser pleinement, et en toute sécurité, la résistance du coffrage.

SolidCheck mesure la fin de la prise
Pour une planification rapide et exacte des coulages, l'on fit appel à SolidCheck. Ce duromètre mesure la fin de la prise du béton livré sur le chantier et permet donc aussi de calculer la vitesse de coulage maximale autorisée. Comme SoldiCheck mesure la fin de prise en temps réel et aux conditions réelles du chantier, le résultat affiché est exact et pas de l'à-peu-près. La vitesse de coulage peut alors être calculée selon la norme DIN 18218. C'est simple, rapide et fiable.

Vibrateur externe pour les murs inclinés
Grâce aux écrous articulés MEVA, le serrage du coffrage incliné ne posa aucun problème. Mais quelle méthode privilégier pour vibrer des voiles inclinés ? Les aiguilles vibrantes sont idéales pour les voiles droits – mais elles ne vibrent pas le béton qui se trouve dans la partie plus large située en pied de coffrage. C'est pour cette raison que les techniciens MEVA ont fait appel à une technologie déjà largement éprouvée : au vibrateur externe. Problème réglé.

Le bilan du contremaître Denis Schnabel – après des centaines de m² de béton de qualité, 13 rotations jusqu'à 7,45 m de haut et des vitesses de bétonnage élevées – est plus que positif : « Le coffrage Mammut tient toujours ses promesses ! »